C'est chaud

Les agriculteurs viennent au secours des étudiants

Face à la précarité, l’association d’agriculteurs CR-59 de Lille a décidé de faire un don de denrée alimentaire aux étudiants de la ville. 

Sur la place Rihour, quelques passants ont le regard hagard face aux machines agricoles installées en pleine ville. Quelques motards de la police stationnent juste à côté d’une statue de vache laitière posée sur un chariot. Comme annoncé la veille, mercredi 24 mars 2021 et jeudi 25 mars, les agriculteurs de la métropole lilloise ont décidé d’apporter leur soutien aux étudiants de la ville, frappés par une précarité accentuée depuis la crise sanitaire due au COVID-19.

Les agriculteurs de la coordination rurale du nord CR-59 ont investi la place Rihour de Lille dans le but de faire des dons de pommes de terre et de lait. Carlos Descamps, le président de la CR-59, confie l’importance de cette action. « En 2021, il est inadmissible que les gens n’arrivent pas à bien se nourrir, surtout en France », dit-il. 800 euros de briques de lait et plus de 2 tonnes de pommes de terre soit 1500 euros seront ainsi distribués. « L’unité des agriculteurs qui sont également parents d’étudiants, trouve son importance dans ce genre d’actions » ajoute Jean Claude, un autre agriculteur.

A 11 h, comme ils l’avaient annoncé dans leur communiqué hier, les agriculteurs dans leurs gilets jaunes, commencent à accoster quelques étudiants présents en leur demandant de présenter une carte étudiant et de se servir s’ils le souhaitent. Il faut préciser que l’affluence n’était pas importante comme le disait un bénéficiaire de l’initiative. « La communication sur l’action a été faite tard, tempère le président. Voilà pourquoi l’action portera sur deux jours afin qu’il y ait davantage de bénéficiaires. » 

Denise Mazoro et Clara Addah, toutes deux étudiantes en pharmacie confient regarder à deux fois le prix d’un article en magasin avant faire un achat, ce qu’elle ne faisait pas auparavant. Les étudiantes saluent la solidarité des agriculteurs et voient en cela une leçon de vie. Pour Clara la jeune étudiante qui vit avec 450 euros d’aide de sa famille, le prix est désormais plus important que la qualité. « On est plus souvent chez nous qu’autre part et la seule chose qu’on puisse faire souvent pour s’évader, c’est la cuisine », dit-elle. Elle trouve l’action des agriculteurs en ce jour d’une grande utilité.

Plus loin avec son groupe d’ami, Alex.T, étudiant en première année info-communication à Tourcoing, dit qu’il n’est pas le plus à plaindre car il travaille souvent les weekends dans les fastfoods. avoue être venu de sa ville jusqu’à Tourcoing car le besoin se fait sentir aujourd’hui. « J’ai la chance d’être aidé par mes parents, mais cela n’est pas forcement suffisant », explique-t-il pour souligner la nécessité de ces dons.

Alors que Carlos s’attelle à remettre des sacs de pommes de terre, ses amis agriculteurs expliquent l’initiative aux potentiels nouveaux bénéficiaires parfois réticents ou gênés à l’idée de recevoir de l’aide. 

Adossé sur un tracteur, un sac de pomme de terre et une brique de lait en main, Mathieu étudiant à l’ESJ attend ses amis. Il est nouveau bénéficiaire et trouve cette action importante car elle permet selon lui d’alléger les dépenses budgétaires. « La Caf me doit de l’argent et me met galère, alors le don des agriculteurs je la trouve salutaire aujourd’hui. » L’étudiant trouve qu’à travers ces dons, les agriculteurs se feront de la visibilité, et que cela permettra de répondre à deux problématiques, à savoir la médiatisation de leurs différentes revendications et aussi le don à ceux qui en ont le plus besoin.

Boris KOUYATE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *